mes orients

mes orients

À l’Est le nouveau

13 €

À l’Est le nouveau

Michel Dunand dessine ici le lieu de l’écriture et de la vie. Ce sont là les seuls biens qu’il ne faut pas épargner tant que cela est possible. Le poète y trace son périple, brouille la mélancolie à travers lectures et paysages. À savoir : Tous les fruits [qui] font rêver. / Ceux qui ne tomberont jamais. / Ceux qui tomberont. La propre vie du poète ― en ses « écarts » de voyages, de lectures, sa sagesse et son écriture ― rappelle qu’il faut demeurer fidèle à qui et ce qui nous retient à l’existence. Que demander de plus à la poésie lorsqu’une telle décision radicale l’impose ? Dunand y ose son intimité sans le moindre égotisme. Il recolle par lambeaux les morceaux qui le font : seul l’idiot ne verra pas qu’il s’agit des nôtres. Et si l’auteur affirme : Dors en paix, monde inconnu, il poursuit son rêve fou. Je renonce à tout sauf au rien, écrit-il. Et ce au nom d’un instinct vital. Dès lors les déserts d’ennui se dissipent là où les chats glissent vers le tronc de nos heures sous divers pelages. Jean-Paul Gavard-Perret

Michel DUNAND Collection 86 pages ISBN : 978-2-7570-0437-1

Dans la même collection...

“Mon conseil : arrêter de penser au moins une fois par jour.” Adam Katzmann